Cap sur l’industrie du futur ! Dès 2020 à Charbonnières, le Campus Région accueillera une usine de recherche et d’innovations consacrée à des projets ambitieux de transformation des entreprises industrielles. Rencontre avec Pascal Ray, Directeur de l’École des Mines de Saint-Étienne, et Claude Calvayrac, Directeur du développement, ainsi qu’Olivier Bachelard, Professeur à l’emlyon business school, pour tout savoir de leur projet commun : DIWII.

« Accompagner toutes les entreprises industrielles vers le digital ; même les plus petites ! »

Quel est votre projet dans le cadre du Campus Région ?

Nous l’avons appelé DIWII pour Digital Intelligence Way for Industry Institute. Il est structuré autour d’une plateforme qui montre toutes les technologies de l’industrie du futur tout en tenant compte du facteur humain. Il ne s’agit pas d’une simple vitrine : il y a de la matière, du concret.

La plateforme aura une surface de plus de 700m2, et pourra accueillir 30 stagiaires et apprenants simultanément. Environ 5 personnes seront employées pour garantir la maintenance des équipements, avec à terme plus de 30 emplois directs ciblés sur l’expertise et le conseil, auxquels s’ajouteront d’autres postes liés à la formation et à la recherche.

Notre objectif ? Accompagner les entreprises industrielles dans leur transformation digitale. Notre projet s’adresse à toutes les entreprises, des plus grandes jusqu’aux plus petites. Le numérique concerne toutes les activités et aujourd’hui nul ne doit croire qu’il est « trop petit » pour qu’on l’écoute !

Notre point fort ? DIWII irrigue tout le territoire régional. Car la plateforme située à Charbonnières-les-Bains est en réseau avec d’autres plateformes en particulier à Clermont-Ferrand et à Saint-Étienne.

DIWII est une aventure collective. Quels sont les acteurs mobilisés dans ce projet ?

DIWII est le fruit d’un large partenariat public-privé ; en effet, SIGMA Clermont, 2MAtech, Humantodata, le CETIM et Siemens sont engagés dans le projet, tant sur un plan humain que financier. Cela permet une complémentarité des thèmes, des réseaux et des expertises et garantit une vraie proximité avec les entreprises partout sur le territoire régional.

Les deux chefs de file du consortium sont l’École des Mines de Saint-Étienne et l’emlyon business school. Nous profitons ainsi d’une complémentarité très forte entre les ingénieurs, qui apportent leur rigueur, leur sens du process mais aussi leur créativité, et les managers qui de leur côté, appréhendent les évolutions des organisations et des marchés.

Quelles sont les actions principales de DIWII ?

Le projet s’organise en trois actions complémentaires :

– La formation, initiale et continue, en présentiel et à distance : l’acquisition des compétences nécessaires à l’industrie du futur est une priorité pour les entreprises régionales
– Le conseil et l’accompagnement : il ne suffit pas d’équiper les entreprises avec des nouvelles technologies, il faut aussi les accompagner dans les changements que cela implique.
– La recherche appliquée : elle est indispensable pour rester toujours à la pointe, dans un contexte où les technologies évoluent très rapidement.

DIWII comporte aussi une dimension sociétale et environnementale forte, pour tenir compte des valeurs des individus, de leur bien-être au travail.

Le numérique transforme le secteur industriel ; pourquoi ?

Traditionnellement, l’industrie française s’est toujours appuyée sur la valeur travail, sur les compétences des collaborateurs en bureau d’études ou sur les lignes de production. Aujourd’hui tous les process évoluent profondément avec les technologies digitales, les métiers changent, mais l’humain doit rester au cœur de la transformation numérique.

Les outils digitaux remettent en question beaucoup de choses. Le management, en premier lieu, avec les notions de conduite du changement, du sens que l’on trouve à faire son travail, d’acceptabilité des nouveaux moyens de production. La médecine du travail est elle aussi concernée, pour veiller à la sécurité des personnels mais aussi pour garantir leur bien-être dans un environnement plus technologique.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre le Campus Région à Charbonnières-les-Bains ?

Parce nous y croyons ! L’écosystème du Campus sera extrêmement moteur, et nous voulons contribuer à cette réussite.

Le Campus Région rejoint nos orientations stratégiques qui ciblent le numérique et l’industrie.
DIWII est un projet à long terme ; au-delà de la seule plateforme, ce projet s’inscrit dans une vision stratégique à l’échelle du territoire. Former, transformer, innover : nous trouverons au sein du Campus Région, les synergies et l’émulation nécessaires à la croissance de DIWII !

Zoom sur la plateforme DIWII

 En 2018, l’Ecole des Mines de Saint-Etienne a co-conçu et co-financé, avec l’UIMM de la Loire, une plateforme nommée IT’M Factory. Le projet DIWII est inspiré de cet exemple.

Située à quelques centaines de mètres de l’Ecole des Mines, face au campus stéphanois de l’emlyon business school, cette plateforme est une vraie chaine de production opérationnelle. Elle concrétise l’approche « apprendre en faisant » puisque les apprenants peuvent y manipuler concrètement des outils qu’ils ont étudiés par ailleurs.

Car l’industrie du futur existe déjà ! Les outils sont disponibles, ils évoluent en permanence et sont de plus en plus adaptables. La plateforme garantit l’ouverture et l’interopérabilité grâce à une pluralité de fournisseurs. Elle permet d’expérimenter aujourd’hui l’industrie de demain.

 

diwii réalité augmentée

=> La réalité augmentée permet d’étudier des concepts en situation réelle, sans devoir apporter physiquement certains composants lourds et/ou volumineux comme une aile d’avion par exemple.

 

 

diwii jumeau numérique

=> Le jumeau numérique reproduit une chaîne de production avec laquelle il est en interaction constante. Il permet de faire des tests virtuels avant la mise en production, et il analyse les données récoltées pour prévenir les dysfonctionnements.

 

diwii véhicule automatiqu

=> Le véhicule à guidage automatique permet de déplacer des charges lourdes sans qu’un salarié ait à les porter. Mobile et autonome, ce robot se déplace partout sur la plateforme ! Il détecte les humains et s’adapte à leur présence : il s’arrête, cherche un autre chemin… Avec lui, c’est bien le robot qui s’adapte à l’Homme et non l’inverse.

 

Infos complémentaires